john cage et les champignons, peut-être

En allant en forêt aux champignons, la question est celle d’un effort d’attention. Peu importe de trouver des champignons comestibles ou bons : cet aspect de la classification nourrit une question plus grande, analytique et descriptive. C’est parce que certains sont bons et d’autres mortels qu’il faut être capable de distinguer les bonnes espèces des toxiques. La précision du regard, et des connaissances, a tout à coup quelque chose de vital.

Quelle est la forme ? Quelle est la couleur ? Comment est le chapeau ? Comment est la chair ? Y a-t-il des lamelles ? Produit-il du « lait » ?

À cela s’ajoute le fait que certains champignons n’ont pas les mêmes qualités qu’ils soient encore jeunes ou qu’ils soient déjà bien développés, ce qui suppose une sorte de diagnostique différentiel, pour ne pas risquer de confondre un exemplaire encore petit d’une variété, avec un autre déjà bien développé, d’une autre. La vesse-de-loup est une boule blanche, sur un pied visible ou non ; les jeunes amanites sont encore enrobées dans leur volve avant qu’elles ne se déploient ensuite en grandissant.

Il y a également des critères contextuels. Sur quel type de terrain le champignon est-il apparu ? A quelle saison ? Près de quelles autres espèces ? Des variations parfois infimes permettent de connaître les champignons.

John Cage était connu pour sa passion des champignons. Un jour que je marchais en forêt je me suis souvenu de liens qui existaient entre son approche de la musique et la démarche descriptive nécessaire à l’approche des champignons. Il me semble qu’il a dit des champignons qu’ils étaient innombrables, et que pour celui qui s’y intéressait, il était essentiel de savoir bien les décrire, avec la plus grande attention, l’enjeu de cette attention étant soudain vital, certaines espèces étant excellentes et d’autres mortelles. Puis d’ajouter que le même type d’attention aux sons du monde était nécessaire aux compositeurs ou aux musiciens. Aller aux champignons, en quelque sorte comme faire ses gammes, une écologie et une hygiène de l’attention.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*